©Gilles-Reboisson

Zoom sur la saintélyon le 7 décembre 2014

Trail et course sur route à la fois, (50 % de sentiers et 50 % de routes), course d’endurance , la Saintélyon est le rendez-vous culte de fin de saison, en solo ou en relais.

Comment se préparer à la course ?

La préparation d’un tel événement est physique mais aussi nutritionnelle.

Les besoins énergétiques sont importants et particuliers. Le sportif souhaitant être à l’aise sur l’épreuve, ou le sportif souhaitant être performant, devra avoir un plan d’alimentation très qualitatif. Il doit avoir une alimentation qui lui permet de terminer la course dans les meilleurs conditions  et aussi, une alimentation qui ne le gêne pas dans sa performance physique.

L’enjeu sera de fabriquer des réserves énergétiques pour les phases d’entrainement et le jour de la course. Aussi, il faudra améliorer la récupération et combler les pertes hydriques et énergétiques et en vitamines et minéraux.

Une course se prépare avec des entraînements, la réflexion est identique pour l’alimentation !

On ne mange pas bien seulement le jour de la course. Il faut bien manger tous les jours et mettre en place un programme alimentaire pour que l’alimentation ne gêne pas la performance. La performance peut être améliorée avec une alimentation de qualité.

Nous prendrons en compte le rythme de vie et d’entrainement du sportif pour établir un programme alimentaire lui permettant d’atteindre ses objectifs. La prise en charge diététique sera précise et s’adaptera aux sensations du sportif.

Le jour de course, le sportif participant à une telle course sera amené à utiliser des barres énergétiques de qualité et éventuellement des boissons de l’effort pour l’aider dans sa performance. Il devra les utiliser pendant ses entrainements pour ne pas stresser son organisme le jour de la course.

Plus d’infos sur l’événement : www.saintelyon.com

Crédit photo : © Gilles Reboisson

Les fruits secs sont-ils trop riches ?

Tout d’abord, il faut distinguer les fruits secs (pomme, abricot, banane), des fruits oléagineux (amandes, noisettes, noix…)

Les fruits secs sont des fruits frais qui ont été déshydratés.

Leur quantité de sucre est la même que dans un fruit frais, mais leur concentration en sucre est supérieure, d’où ce goût sucré important.

Ils sont donc intéressants pour un sucrage rapide ou une consommation plaisir, à condition de respecter une quantité équivalente à un fruit frais. Sinon la quantité de sucre dans le sang peut rapidement évoluer.

Ils peuvent être utilisés en fin de repas comme un fruit frais, ou alors, lors d’une randonnée ou une compétition sportive.

Les fruits oléagineux  sont des fruits décris comme riches en matières grasses.

Ces fruits sont riches en graisses, mais ce sont des graisses de qualité. Ce sont de véritables concentrés de nutriments au service de notre alimentation. Ils sont riches en fibres, en phosphore, calcium, fer, potassium…et oméga 3.

En cas de petite faim, nous pouvons donc consommer une petite poignée d’amande ou de noix. Nous pouvons ajouter ces aliments dans des préparations culinaires. Leurs dérivés, en laits végétaux (lait d’amande ou de noisette) ou en purées (purée d’amande ou de noisette), peuvent être de réelles alternatives aux produits laitiers animaliers, et être de nouvelles sources de plaisirs culinaires.

Les fruits secs et les fruits oléagineux sont des produits sucrés et gras mais de très bonne qualité s’ils sont bien utilisés dans notre alimentation!

Ils sont un  vrai atout pour une bonne santé en consommation quotidienne.

Les fruits et légumes d’automne pour garder la forme

A l’automne, la variété de fruits et légumes devient moins importante, mais nous pouvons compter sur certains produits pour se faire plaisir et être en bonne santé.

Les bons légumes de l’automne

Les épinards sont bons pour la vue et ont un rôle contre le stress oxydatif grâce à leur composition en caroténoïdes et vitamines A. Il peuvent être consommés crus en salade pour avoir tous leurs bienfaits, ou alors, en préparation cuite avec l’assaisonnement de votre choix.

Les brocolis, eux, aident à lutter contre les infections de l ‘hiver grâce notamment à leur forte concentration en vitamine C. Il faudra les consommer rapidement après leur achat pour conserver un maximum de vitamines et minéraux.

Le radis noir a un effet détoxifiant pour le foie, en favorisant la sécrétion d’acides biliaires et en facilitant l’évacuation des déchets toxiques présents dans l’organisme. Il va donc permettre de détoxiquer en douceur l’organisme, en l’intégrant dans vos préparations ou en le mangeant cru en salade.

Les bons fruits de l’automne

La pomme, peu calorique, favorise la digestion et le transit grâce à un composé important qui est la pectine. Elle favorise notamment la réduction du mauvais cholestérol. La pectine a pour propriétés de capter les graisses et aussi d’apporter un sentiment de satiété.

Le raisin très riche en flavonoïdes (surtout pour le raisin rouge) a des pouvoirs importants antioxydants. Il aide à lutter contre le vieillissement des cellules. Attention, le raisin est sucré, il faudra limiter sa consommation à une dizaine de grains (petite grappe).

 

En automne, il faut préparer l’hiver et cela peut se faire avec plaisir! Variez les produits, les couleurs et les textures et vous serez prêts pour combattre l’hiver.

Zoom sur le Run’in Lyon le dimanche 5 octobre

10 km, semi-marathon ou marathon ! Faites votre choix ! Cette course parcours la ville de Lyon pour allier performance physique et découverte du patrimoine de la ville.

Comment se préparer à la course ?

La préparation d’un tel événement est physique mais aussi nutritionnelle. Les besoins énergétiques sont importants et particuliers. Le sportif souhaitant être à l’aise sur l’épreuve, ou le sportif souhaitant être performant, devra avoir un plan d’alimentation qualitatif. L’enjeu sera de fabriquer des réserves énergétiques pour les phases d’entrainement et le jour de la course. Aussi, il faudra améliorer la récupération et combler les pertes hydriques et énergétiques.

Une course se prépare avec des entraînements, la réflexion est identique pour l’alimentation ! On ne mange pas bien que le jour de la course, il faut bien manger tous les jours et mettre en place un programme alimentaire pour que l’alimentation ne gêne pas la performance. La performance peut être améliorée avec une alimentation de qualité.

Nous prendrons en compte le rythme de vie et d’entrainement du sportif pour établir un programme alimentaire lui permettant d’atteindre ses objectifs.

Plus d’infos sur l’événement : www.runinlyon.com

Les 7 questions sur les régimes que vous vous posez !

Pourquoi est-on en surpoids ?

On est en surpoids quand il y a trop d’alimentation apportée par rapport aux besoins et aux dépenses. Ou alors, il n’y a pas assez d’activité physique, et bien souvent, les deux.

Pourquoi il faut perdre lentement ?

Une perte de poids rapide veut dire beaucoup de perte de masse musculaire. Ceci n’est pas naturel et va créer un état de carences. La conséquence possible est un stockage de matière grasse en compensation.
Une perte lente induit une meilleure perte de masse grasse et surtout un ancrage des nouvelles habitudes alimentaires dans le quotidien.

Qu’est-ce que l’effet Yo-Yo ?

L’effet Yo-Yo se produit quand on réalise un régime restrictif non adapté à la personne. Le fait de pratiquer un régime restrictif a pour conséquence une perte de poids due à un manque d’apports alimentaires. Cette alimentation ne sera pas maintenue dans le temps, et à la reprise d’une alimentation « normale », le corps stockera de la masse grasse suite à ces manques. Tant que nous ne mettons pas en place l’alimentation dont on a besoin, on observera toujours un effet Yo-Yo.

Pourquoi un régime dissocié est mauvais pour la santé ?

Un régime dissocié est un régime avec un seul type de nutriments ou alors en enlevant un type de nutriments. Il fait perdre du poids car il manque des choses… Sur le long terme, cela ne peut pas marcher pas car il manque des nutriments indispensables à la bonne santé. Il y aura des carences pour l’organisme.

Doit-on se peser régulièrement ?

Le poids du corps varie tous les jours et aussi dans la même journée. Ce n’est pas intéressant de se peser tous les jours si cela devient une pression négative. La pesée peut être effectuée une fois tous les 15 jours ou 1 fois par semaine, toujours dans les mêmes conditions, le matin, à jeun après être allé aux toilettes. La pesée est un moyen de contrôler l’évolution d’une prise ou d’une perte de poids, elle ne doit pas stresser. Sans la pesée, on peut suivre l’évolution de son poids dans ses vêtements .

Pourquoi il faut faire de l’activité physique ?

L’activité physique est indispensable ! En effet, le corps ne stock pas la masse musculaire. Si on ne s’entretient pas régulièrement, le corps perd de la masse maigre. Ceci est un état de carence et l’organisme stockera des graisses en contrepartie. Une réduction d’alimentation seule ne suffira pas sur le long terme pour perdre du poids et accentuera cette fonte musculaire non souhaitée. L’objectif n’est pas de faire de la compétition, mais de bouger son organisme pour mieux bruler ses calories et améliorer son état de santé général.

Vais-je avoir faim si je fais un régime ?

Il est possible que la faim se ressente au début lors d’un changement d’alimentation. Cependant, il faudra veiller à ce que ce sentiment « physique » ne soit plus présent par la suite car sinon, il est synonyme de manques. Il est à différencier de l’envie de manger qui est un besoin « émotionnel », souvent pour compenser un manque.

La faim n’est donc pas normale lors d’un régime, en tout cas pas sur le long terme si on souhaite garder son équilibre alimentaire toute sa vie.

Quelle matière grasse utiliser pour une alimentation saine ?

Les matières grasses sont essentielles au bon fonctionnement de notre organisme et ne doivent pas être éliminées de notre alimentation. Elles sont importantes pour nos cellules et si nous n’en avons pas, nous allons créer des carences, tout le contraire d’une alimentation équilibrée.

Certaines ne sont pas créés par l’homme et doivent donc être apportés dans notre alimentation, sous peine de créer des carences. Un régime sans graisse sur le long terme est dangereux pour la santé. Nous retrouverons ces graisses dans les assaisonnements et produits pour la cuisson. Cependant, il va falloir choisir les bonnes graisses pour ne pas avoir des effets délétères.

 Les Omégas 3

Certains acides gras essentiels sont sensibles à la chaleur : Nous utiliserons pour les assaisonnements les huiles de sésame, de noix, de pépins de courge,  de soja, de colza qui sont riches en oméga 3 ! Ces huiles riches en oméga 3 sont très intéressantes pour la santé puisque les oméga 3 sont protecteurs du système cardio-vasculaire et un anti-inflammatoire naturel.

Les oméga 3 ne supportent pas la cuisson et sont aussi sensibles à la lumière et à l’oxydation. Je vous conseille donc d’acheter ces différentes huiles par petits conditionnements pour éviter d’abimer l’huile et pour pouvoir varier les gouts. Pour les cuissons, nous utiliserons les huiles d’olive, d’arachide et de tournesol qui résisteront plus à la température.

Et le beurre dans tout ça ?

Piece of butter  on  white backgroundLe beurre est moins gras que l’huile….mais ne supporte pas la cuisson sous peine de transformer ses acides gras et de devenir nocif pour la santé. La cuisson au beurre est fortement déconseillée. Le beurre cru (en quantité maitrisée) est une bonne graisse qui apporte de la vitamine A et E bonnes pour la peau et la vision.

En utilisant les bonnes matières grasses, vous pouvez allier plaisir et santé !